Journal-Alter

Construction du journal alternatif libre. Organisons nous ! Mettez votre localisation lorsque vous vous inscrivez pour permettre de savoir avec qui vous pouvez prendre contact. Site http://journalalter.free.fr/index.php
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Article Prison cerebral.

Aller en bas 
AuteurMessage
l1surge

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 19/12/2007

MessageSujet: Article Prison cerebral.   Lun 24 Déc - 2:01

Je suis en train de le finir, après de petites galères ce week end, j'ai pas pu le finir pour aujourd'hui comme prévu.
Prend mon adresse je te l'envoie bientôt. ^^

yvan-13@hotmail.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://majeur-en-l-air.skyrock.com/
Admin
Admin


Messages : 94
Date d'inscription : 12/12/2007
Localisation : Région Parisienne (92)

MessageSujet: Re: Article Prison cerebral.   Mar 25 Déc - 13:19

Immoral. Tel est le seul mot me venant à l’esprit pour qualifier l’action de s’enfermer soi même dans une prison cérébrale en y engrainant ses enfants prétextant, qui plus est, un indigeste ‘Tu comprendras plus tard’. De prison cérébrale je désigne tout raisonnement consistant à s’avouer vaincu avant même le début de la lutte. Comme lâches je fais allusion à tous ceux qui se défilent devant la difficulté que serait de mener à bien une lutte au prix de moult efforts, certes, mais une lutte qui nous tient à cœur...Lutte…« La lutte est comme un cercle car elle commence n’importe mais ne se termine jamais » (dixit commandant Marcos)…lutte…si peu de lettres pour si une si grande cause… par lutte je fais référence à un combat pour un monde plus décent. J’espère que vous l’avez compris, mon écrit a pour but de dénoncer toute justification de la sorte « c’est comme ça », « c’est la vie, on ne peut rien n’y faire », « De toute façon c’est trop dur, on y arrivera pas », qui ne sont autres que de vulgaires moyens d’historier le future et de futuriser le passé –pardonnez moi l’expression. Au delà d’inutiles, de telles excuses sont lâches pour la simple et bonne raison qu’en agissant de la sorte, vous vous déchargez de toute responsabilité, imposant leur poids à des épaules parfois moins résistantes que les vôtres. Martin Luther King n’en pensait pas moins ; "Ceux qui acceptent le mal sans lutter contre lui coopèrent avec lui". Ne vous mentez plus ; vous êtes conscients de l’urgente nécessité d’une action de votre part à des fins visant à un monde meilleur. Ne vous dégonflez plus ; ne laissez pas toutes vos capacités d’action en cette faveur –que vous savez indispensables et précieuses- s’avérer inefficaces parce que délaissées et remises entre les mains d’hommes irresponsables et cruels que sont les dirigeants. Ne croyez plus tous les mensonges et bla-blas que vous ingurgitez à longueur de journée à travers la télévision, publicité ou autres stratagèmes; votre pouvoir d’action n’est réduit ni à un pitoyable bulletin de vote ni à un ridicule cadre de vie pour le peu instable. Ce pouvoir est immense et simple ; ce journal aspire à vous le révéler. « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" ainsi l’a formulé Albert Einstein. Certains trouveront utopique l’idée d’être capable de changer le monde, mais utopie ne rime pas avec infaisabilité même si une volonté d’un monde meilleur n’est à mon sens pas utopique mais idéale et, pourvu qu’elle ne soit ni en feu ni en cendres, la réalité pourra toujours être en accord avec l’idéal. Notre planète est certes diabolique mais pas irrécupérable. Combien d’excuses suffiront donc à figer l’avenir ? Combien de prétextes seront trouvés pour condamner le future à un bien être pour tous restreint ? Si sourire cruellement vous satisfait à la vue des plus défavorisés qui périssent, rongés par la faim, alors que vous vous engraissez trois fois par jour à tranches de foie gras, ne bougez surtout pas. Si vous savez qu’il faut agir mais qu’une excuse telle « Je n’y arriverais pas » vous barre la route, alors prenez la sortie ‘Hors des prisons cérébrales’ en suivant l’écriteau mettant en valeur ces quelques mots pensés par Mahatma Gandhi; "Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde".

Voila un première apercu (enfin on atten l'article de l'insurge).Il faudrait faire des paragraphes peut être...mais je vois pas bien comment.
Si vous voulez reagire et donner certains conseils faites le.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://journal-alter.forumpro.fr
Muxa

avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 12/12/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Article Prison cerebral.   Mar 25 Déc - 13:36

L'article est pas mal, mais je n'aime pas le passage : "alors que vous vous engraissez trois fois par jour à tranches de foie gras, ne bougez surtout pas."

Je trouve que ça donne des airs trés aggressifs a une vérité, qui l'ait déjà sans mise en forme violente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://muxa.zeblog.com/
__fief__

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: Article Prison cerebral.   Mar 25 Déc - 17:10

javou muxa jsui dakor avec toi ca fai ptet agressif.
tu pense koi de genre un truk kom 'rongés par la faim, alors que la moindre de vos faims es comblée, ne boujer surtou pas' ? ca fai pe etre moin agressif tout n restant réél
mai de toute facon il fau ke ca soi un peu agressif pr choker....
di moi ce k ten pense, si ca te plai pa on essaira de trouver otre chose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muxa

avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 12/12/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Article Prison cerebral.   Mar 25 Déc - 17:16

Oui c'est déjà mieu, par contre ça répéte faim.
Alors peut être il faut trouves autre chose.
"rongés par la faim, alors que vous pouvez vous rassasiez sans crainte"
Un truc dans le genre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://muxa.zeblog.com/
__fief__

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: Article Prison cerebral.   Mar 25 Déc - 18:37

ta frase es bien mai 'san crainte' es ptet tro vague
jpropose 'rongés par la faim, alor ke vou vou rassasiez sans crainte de pénurie' ou jsai pa un truk du genre nan ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jielte



Messages : 7
Date d'inscription : 22/12/2007
Age : 34
Localisation : paris

MessageSujet: Re: Article Prison cerebral.   Mer 26 Déc - 10:08

pour etre completement "non agressif" on pourrait peut etre remplacer tous les "vous" par "nous" car personnellement il m arrive de passer par des phases de "prison cérébrale" et il me faut a chaque fois une nouvelle prise de conscience pour que je ne me borne pas a rester inerte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
__fief__

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: Article Prison cerebral.   Ven 28 Déc - 13:19

jielte je sui pluto dakor avec toi mai bon oci fo ke le texte soi un peu agrerssif....pr secouer lesgen...pr kil reagisse koi...la je met larticle retapé mai si tu veu vraimen kon mette nous ala place de vous alor on le fera

Immoral. Tel est le seul mot me venant à l’esprit pour qualifier l’action de s’enfermer soi même dans une prison cérébrale en y engrainant ses enfants prétextant, qui plus est, un indigeste ‘Tu comprendras plus tard’. De prison cérébrale je désigne tout raisonnement consistant à s’avouer vaincu avant même le début de la lutte. Comme lâches je fais allusion à tous ceux qui se défilent devant la difficulté que serait de mener à bien une lutte au prix de moult efforts, certes, mais une lutte qui nous tient à cœur...Lutte…« La lutte est comme un cercle car elle commence n’importe mais ne se termine jamais » (dixit commandant Marcos)…lutte…si peu de lettres pour si une si grande cause… par lutte je fais référence à un combat pour un monde plus décent. J’espère que vous l’avez compris, mon écrit a pour but de dénoncer toute justification de la sorte « c’est comme ça », « c’est la vie, on ne peut rien n’y faire », « De toute façon c’est trop dur, on y arrivera pas », qui ne sont autres que de vulgaires moyens d’historier le futur et de futuriser le passé –pardonnez moi l’expression. Au delà d’inutiles, de telles excuses sont lâches pour la simple et bonne raison qu’en agissant de la sorte, vous vous déchargez de toute responsabilité, imposant son poids à des épaules parfois moins résistantes que les vôtres. Martin Luther King n’en pensait pas moins ; "Ceux qui acceptent le mal sans lutter contre lui coopèrent avec lui". Ne vous mentez plus ; vous êtes conscients de l’urgente nécessité d’une action de votre part à des fins visant à un monde meilleur. Ne vous dégonflez plus ; ne laissez pas toutes vos capacités d’action en cette faveur –que vous savez indispensables et précieuses- se révéler inefficaces parce que délaissées et remises entre les mains d’hommes irresponsables et cruels que sont les dirigeants. Ne croyez plus tous les mensonges et bla-blas que vous ingurgitez à longueur de journée à travers la télévision, publicité ou autres stratagèmes; votre pouvoir d’action n’est réduit ni à un pitoyable bulletin de vote ni à un ridicule cadre de vie pour le peu instable. Ce pouvoir est immense et simple ; ce journal aspire à vous le révéler. « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" ainsi l’a formulé Albert Einstein. Certains trouveront utopique l’idée d’être capable de changer le monde, mais utopie ne rime pas avec infaisabilité même si une volonté d’un monde meilleur n’est à mon sens pas utopique mais idéale et, pourvu qu’elle ne soit ni en feu ni en cendres, la réalité pourra toujours être en accord avec l’idéal. Notre planète est certes diabolique mais pas irrécupérable. Combien d’excuses suffiront donc à figer l’avenir ? Combien de prétextes seront trouvés pour condamner le future à un bien être pour tous restreint ? Si vous vous satisfaites d’un sourire cruel à la vue des plus défavorisés qui périssent, rongés par la faim, alors que vous vous rassasiez sans crainte de pénurie, ne bougez surtout pas. Si vous savez qu’il faut agir mais qu’une excuse telle « Je n’y arriverais pas » vous barre la route, alors prenez la sortie ‘Hors des prisons cérébrales’ en suivant l’écriteau mettant en valeur ces quelques mots pensés par Mahatma Gandhi; "Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde".

voila les dernieres modification doive etre faites rapidement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zerocube



Messages : 17
Date d'inscription : 20/12/2007
Localisation : Corsica

MessageSujet: Re: Article Prison cerebral.   Sam 29 Déc - 12:19

Muxa a écrit:
Oui c'est déjà mieu, par contre ça répéte faim.
Alors peut être il faut trouves autre chose.
"rongés par la faim, alors que vous pouvez vous rassasiez sans crainte"
Un truc dans le genre.

si on remplace sans crainte par sans difficulté c'est past un peu miex (pour concrétiser la réponse de fief) ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
__fief__

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: Article Prison cerebral.   Sam 29 Déc - 13:08

ui zerocube c mieu, javai di san crainte just kom ca mai jattendai kelkechose de mieu. bon onpeu dire ke lartile es fini, fodra just remplace san crainte par sans difficulté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zerocube



Messages : 17
Date d'inscription : 20/12/2007
Localisation : Corsica

MessageSujet: Re: Article Prison cerebral.   Sam 29 Déc - 15:19

Je me suis permis de reprendre quelques trucs dans l'article...
Je n'ai rien enlevé, j'ai juste corrigé deux trois erreurs de grammaire et de syntaxe...
J'ai survolé les fautes d'orthographe, j'en ai viré une ou deux, mais y'en a pas des masses. Si vous en voyez, n'hésitez pas à les corriger.

VOILA L ARTICLE MIS A JOUR

Citation :
Immoral. Tel est le seul mot me venant à l’esprit pour qualifier l’action de s’enfermer soi même dans une prison cérébrale en y engrainant ses enfants prétextant, qui plus est, un indigeste ‘Tu comprendras plus tard’. De prison cérébrale je désigne tout raisonnement consistant à s’avouer vaincu avant même le début de la lutte. Comme lâches je fais allusion à tous ceux qui se défilent devant la difficulté que serait de mener à bien une lutte au prix de moult efforts, certes, mais une lutte qui nous tient à cœur...Lutte…« La lutte est comme un cercle car elle peut se débuter de n'importe quel point mais ne se termine jamais » (dixit commandant Marcos)…lutte…si peu de lettres pour une si grande cause… Par lutte je fais référence à un combat pour un monde plus décent. J’espère que vous l’avez compris, mon écrit a pour but de dénoncer toute justification de la sorte « c’est comme ça », « c’est la vie, on ne peut rien y faire », « De toute façon c’est trop dur, on n'y arrivera pas », qui ne sont autres que de vulgaires moyens d’historier le futur et de futuriser le passé –pardonnez moi l’expression. Au delà d’inutiles, de telles excuses sont lâches pour la simple et bonne raison qu’en agissant de la sorte, vous vous déchargez de toute responsabilité, imposant son poids à des épaules parfois moins résistantes que les vôtres. Martin Luther King n’en pensait pas moins ; "Ceux qui acceptent le mal sans lutter contre lui, coopèrent avec lui". Ne vous mentez plus ; vous êtes conscients de l’urgente nécessité d’une action de votre part à des fins visant à un monde meilleur. Ne vous dégonflez plus ; ne laissez pas toutes vos capacités d’action en cette faveur –que vous savez indispensables et précieuses- se révéler inefficaces parce que délaissées et remises entre les mains d’hommes irresponsables et cruels que sont les dirigeants. Ne croyez plus tous les mensonges et bla-blas que vous ingurgitez à longueur de journée à travers la télévision, publicité ou autres stratagèmes; votre pouvoir d’action n’est réduit ni à un pitoyable bulletin de vote ni à un ridicule cadre de vie pour le moins instable. Ce pouvoir est immense et simple ; ce journal aspire à vous le révéler. « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" ainsi l’a formulé Albert Einstein. Certains trouveront utopique l’idée d’être capable de changer le monde, mais utopie ne rime pas avec infaisabilité même si une volonté d’un monde meilleur n’est à mon sens pas utopique mais idéale et, pourvu qu’elle ne soit ni en feu ni en cendres, la réalité pourra toujours être en accord avec l’idéal. Notre planète est, certes, devenue diabolique mais pas irrécupérable. Combien d’excuses suffiront donc à figer l’avenir ? Combien de prétextes seront trouvés pour condamner le futur à un bien être pour tous restreint ? Si vous vous satisfaites d’un sourire cruel à la vue des plus défavorisés qui périssent, rongés par la faim, alors que vous vous rassasiez sans difficulté et sans peur du lendemain, ne bougez surtout pas. Si vous savez qu’il faut agir mais qu’une excuse telle « Je n’y arriverais pas » vous barre la route, alors prenez la sortie ‘Hors des prisons cérébrales’ en suivant l’écriteau mettant en valeur ces quelques mots pensés par Mahatma Gandhi; "Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jielte



Messages : 7
Date d'inscription : 22/12/2007
Age : 34
Localisation : paris

MessageSujet: Re: Article Prison cerebral.   Dim 30 Déc - 14:45

bon ba moi j aime beaucoup!
par contre, peut etre qu il faudrait essayer d aérer un peu le texte dans la présentation non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
__fief__

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: Article Prison cerebral.   Dim 30 Déc - 16:47

ui jielte tinquiete pa pour ca mai ca sera fai o momen de la mise en page du journal je pense je ne sai pa ki sen okupe mai tkt ca sera fai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GerM



Messages : 64
Date d'inscription : 15/12/2007
Age : 28
Localisation : Earth/France/toulouse/campagne

MessageSujet: Re: Article Prison cerebral.   Dim 6 Jan - 2:46

jielte a écrit:
pour etre completement "non agressif" on pourrait peut etre remplacer tous les "vous" par "nous" car personnellement il m arrive de passer par des phases de "prison cérébrale" et il me faut a chaque fois une nouvelle prise de conscience pour que je ne me borne pas a rester inerte

Merci!! Nous somme tous egaux sa se retrouve dans beaucoup de se que vous ecrivez! on se sens hors du probleme mais on y est tous dedans les gens!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://planete-weed-angel.fr.nf/
rtt56

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 31/12/2007
Age : 28
Localisation : dans le 56

MessageSujet: Re: Article Prison cerebral.   Dim 6 Jan - 13:27

j'aime bien ce texte.
Les citations sont bien trouvées.
J'adore particulièrement la dernière de ghandi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
__fief__

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: Article Prison cerebral.   Lun 7 Jan - 0:10

GerM a écrit:
jielte a écrit:
pour etre completement "non agressif" on pourrait peut etre remplacer tous les "vous" par "nous" car personnellement il m arrive de passer par des phases de "prison cérébrale" et il me faut a chaque fois une nouvelle prise de conscience pour que je ne me borne pas a rester inerte

Merci!! Nous somme tous egaux sa se retrouve dans beaucoup de se que vous ecrivez! on se sens hors du probleme mais on y est tous dedans les gens!!
gerM t jielte je suis daccord avec vous, lors de la mise en page, l faudra remplacer tous les vous par nous, désolé davoir fait cette erreur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
__fief__

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: Article Prison cerebral.   Lun 7 Jan - 1:50

voici larticle rectifié

Immoral. Tel est le seul mot me venant à l’esprit pour qualifier l’action de s’enfermer soi même dans une prison cérébrale en y engrainant ses enfants prétextant, qui plus est, un indigeste ‘Tu comprendras plus tard’. De prison cérébrale je désigne tout raisonnement consistant à s’avouer vaincu avant même le début de la lutte. Comme lâches je fais allusion à tous ceux qui se défilent devant la difficulté que serait de mener à bien une lutte au prix de moult efforts, certes, mais une lutte qui nous tient à cœur...Lutte…« La lutte est comme un cercle car elle commence n’importe mais ne se termine jamais » (dixit commandant Marcos)…lutte…si peu de lettres pour si une si grande cause… par lutte je fais référence à un combat pour un monde plus décent.
J’espère que vous l’avez compris, mon écrit a pour but de dénoncer toute justification de la sorte « c’est comme ça », « c’est la vie, on ne peut rien n’y faire », « De toute façon c’est trop dur, on y arrivera pas », qui ne sont autres que de vulgaires moyens d’historier le futur et de futuriser le passé –pardonnez moi l’expression. Au delà d’inutiles, de telles excuses sont lâches pour la simple et bonne raison qu’en agissant de la sorte, nous nous déchargeons de toute responsabilité, imposant son poids à des épaules parfois moins résistantes que les nôtres. Martin Luther King n’en pensait pas moins ; "Ceux qui acceptent le mal sans lutter contre lui coopèrent avec lui". Ne nous mentons plus ; nous sommes conscients de l’urgente nécessité d’une action de nôtre part à des fins visant à un monde meilleur. Ne nous dégonflons plus ; ne laissons pas toutes nos capacités d’action en cette faveur –que nous savons indispensables et précieuses- se révéler inefficaces parce que délaissées et remises entre les mains d’hommes irresponsables et cruels que sont les dirigeants. Ne croyons plus tous les mensonges et bla-blas que nous ingurgitons à longueur de journée à travers la télévision, publicité ou autres stratagèmes; nôtre pouvoir d’action n’est réduit ni à un pitoyable bulletin de vote ni à un ridicule cadre de vie pour le peu instable. Ce pouvoir est immense et simple ; ce journal aspire à vous le révéler.
« Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" ainsi l’a formulé Albert Einstein. Certains trouveront utopique l’idée d’être capable de changer le monde, mais utopie ne rime pas avec infaisabilité même si une volonté d’un monde meilleur n’est à mon sens pas utopique mais idéale et, pourvu qu’elle ne soit ni en feu ni en cendres, la réalité pourra toujours être en accord avec l’idéal. Notre planète est certes diabolique mais pas irrécupérable.
Combien d’excuses suffiront donc à figer l’avenir ? Combien de prétextes seront trouvés pour condamner le future à un bien être pour tous restreint ? Si nous nous satisfaisons d’un sourire cruel à la vue des plus défavorisés qui périssent, rongés par la faim, alors que nous nous rassasions sans crainte de pénurie, c’est vrai que bouger serait inutile. Si nous savons qu’il faut agir mais qu’une excuse telle « Je n’y arriverais pas » nous barre la route, alors prenons la sortie ‘Hors des prisons cérébrales’ en suivant l’écriteau mettant en valeur ces quelques mots pensés par Mahatma Gandhi; "Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Article Prison cerebral.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Article Prison cerebral.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Un bel article de journal
» jeunes délinquants en prison dés 12 ans
» Prison de Draguignan : Les personnels retiennent les directeurs
» Comment humaniser les premières heures en prison ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Journal-Alter :: Journal :: Articles-
Sauter vers: